Le montage

LE MONTAGE

 

Poncer du cadre de moto rend hilare, hein Baptiste ?

Une petite peinture de cadre par Brice, et oui, c’est de la « bombe » ! :

Et le montage du moteur !

Ils ne sont pas fiers nos gaziers ? (Louis, Baptiste, Brice, Mathis et Sébastien)

Alors on fait quoi maintenant ?

Eh bien on monte la fourche et le bras oscillant.

Ensuite on présente les carénages fraîchement reçus d’Angleterre :

C’est là que l’on se dit : « c’est pas gagné »…..

Mais ce n’est pas grave, le projet avance, certes un peu en crabe, mais ça avance.

On ne se démonte pas, on présente la bulle et l’échappement :

Ah !, les échappements : des MIVV de 900 Hornet, quasi neufs… :

On essaie d’ajuster le carénage pour que ça ressemble à quelque chose :

Puis on monte les amortisseurs gracieusement offerts par le partenaire du lycée :

ACCIMOTO, un grand merci à lui !

Alors ce sont des amortisseurs de 1300 XJR SP, des Öhlins….le problème, c’est qu’il y a « Yamaha » de gravé dessus…..va falloir faire chauffer la Dremel…

Avec la coque arrière cela donne :

L’ami Alain de RC3D nous soude les pattes usinées au lycée de la Courneuve.

Mais comme il trouve que ça ne fait pas très beau, il les caissonne, un travail d’orfèvre, unanimement salué par tous les collègues (connaisseurs) qui passent dans l’atelier…

1

A ce stade du montage, un problème de taille se pose :

Le fait d’avoir transformé un système à mono-amortisseur en bi-amortisseur, fait que c’est maintenant le bâti arrière qui supporte la moitié du poids de la moto ainsi que les efforts induits par les amortisseurs.

Or la boucle arrière du 1000 gsxr n’est pas conçue pour supporter de telles charges…

Il faut la soulager en répartissant les efforts :

Une plaque de bois taillée dans la masse par Ernest fera largement l’affaire.

Des mauvaises langues dans l’atelier disent que ça fait pô beau….

Qu’à cela ne tienne, on va la rendre jolie, la plaque !

Allez Ernest, au boulot !

Eh ben voilà ! Tu peux être fier Ernest !

Après réflexion, on s’est dit que les renforts en contreplaqué, ça n’allait pas tenir…

José, le magasinier, s’est gentiment proposé de nous les faire en alu :

La pièce finie :